Publié le 19 avril 2022

Portait d'alumni : Nicolas Debaisieux

IMTAA vous propose de faire connaissance avec des anciens diplômés, leurs parcours et comment ils/elles brillent dans le monde professionnel avec un petit clin d'œil : le message qu'ils/elles souhaitent faire passer au réseau d'alumni et d'étudiants de l'école !
Nicolas Debaisieux
Promotion 2003
"S'engager dans ce en quoi vous croyez"

Pourrais-tu nous rappeler succinctement ton parcours professionnel depuis ta sortie de l'école?

Après mon diplôme, j'ai rejoint la fonction publique. J'ai passé 2 ans en Normandie sur les questions de développement économique, avant d'intégrer le Secrétariat Général aux Affaires Européennes, le service du Premier Ministre chargé des questions européennes. J'étais alors en charge des questions de climat et d'environnement. Après un passage à la Commission européenne où j'ai travaillé sur les émissions de gaz à effet de serre dans les transports maritimes et aériens, je suis parti à Belgrade pour préparer l'adhésion de la Serbie à l'Union Européenne, puis à Barcelone au sein d'une organisation internationale, toujours sur les questions de climat. En 2017, j'ai décidé de revenir en France.

Pourrais-tu nous parler de ton projet Railcoop ?
Railcoop  est la première entreprise ferroviaire d'Europe sous statut de société coopérative d'intérêt collectif (SCIC). Concrètement, Railcoop est une entreprise comme les autres (une société anonyme, soumise au code du commerce), à deux différences près. Premièrement, la finalité de l'entreprise est d'accomplir une mission ayant un impact social ou sociétal. Ce n'est pas le profit. Les bénéfices ne sont pas redistribués aux actionnaires (que l'on appelle sociétaires dans une coopérative). Ils doivent servir à créer un patrimoine commun garantissant la pérennité de la mission. Deuxièmement, la gouvernance de l'entreprise n'est pas liée au capital détenu. Que l'on ait une part sociale, 10 parts sociales ou 10000 parts sociales, chaque sociétaire a le même droit de vote. Cela permet d'associer des acteurs très divers partageant le même objectif. Nous avons aujourd'hui près 12 000 sociétaires, majoritairement des personnes physiques, mais également 200 entreprises et plus d'une vingtaine de collectivités locales. En 2 ans d'existence, Railcoop est devenu l'une des plus grandes SCIC de France.

Comment en es-tu arrivé à créer le concurrent de la SNCF ? D’où te vient cette passion pour les trains ?
Railcoop n'est pas un concurrent de la SNCF. C'est une entreprise ferroviaire qui exploite des marchés qui ne sont pas ou ne sont plus exploités par la SNCF ou par d'autres. Notre objectif est de faire croître la part modale du ferroviaire. Développer le train, c'est la solution la plus rapide (l'infrastructure est déjà là) et la plus efficace (pour des questions physiques, le train consomme jusqu'à 12 fois moins d'énergie à masse égale que le transport routier) pour atteindre les objectifs de la transition écologique. Pour développer le train, nous avons fait le pari de l'intelligence collective : le regard sur les besoins de mobilité n'est pas le même si on est à Paris ou dans la Creuse. Enfin, j'aime le train. Ce n'est pas qu'une question de confort : il y a tout un imaginaire autour du train. Ce sont ces trois dimensions (écologique, sociale et "sentimentale") qui m'ont fait prendre part dès le début à l'aventure Railcoop.

Où en êtes-vous aujourd’hui, quelles sont les prochaines étapes ?
Railcoop est officiellement une entreprise ferroviaire depuis le 14 septembre 2021. Nous avons une licence européenne qui nous reconnaît la compétence pour exploiter des services voyageurs et marchandises partout en Europe. Nous exploitons un premier service de transport de marchandises dans le sud-ouest de la France depuis le 15 novembre 2021. Nous sommes également en train de travailler au lancement d'une ligne voyageurs entre Bordeaux et Lyon prévue pour la fin de l'année et nous avons notifié à l'autorité de régulation des transports 8 lignes supplémentaires. Nous mettons tout en œuvre pour mettre en place ses services le plus vite possible.

Quel message souhaites-tu faire passer auprès des alumni ?
J'en aurais trois. Le premier : n'hésitez pas à vous engager dans ce en quoi vous croyez. Votre formation vous donne des clés pour agir. C'est suffisant pour prendre des risques. Le second : n'hésitez pas à prendre des chemins de traverse en travaillant pour des PME, des ONG, les collectivités locales. Le modèle de la grande entreprise industrielle est confortable et rassurant, mais allez toujours vers le plus épanouissant et le plus riche humainement. Enfin, le troisième: éloignez vous des clichés de la réussite individuelle, du "self made men/women" qui se construit tout seul. Chacun à des qualités propres, mais elles ne se révèlent vraiment qu'en fonction des gens qui nous entourent et du milieu dans lequel on évolue. On ne réussit que grâce et avec les autres.
   CONNEXION ALUMNI
Tous les diplômés et étudiants peuvent demander un accès gratuit au site.
Premier accès ou mot de passe oublié ?